LE JEÛNE VOUS CONVIENT-IL ? (suite)

jeu%cc%82ner

Chère amie, cher ami,

La lettre d’aujourd’hui sur les mérites du jeûne s’inscrit dans la continuité de celle de la semaine dernière que vous pouvez retrouver ici si vous ne l’avez pas encore lue.

En Allemagne, un certain nombre de médecins, à l’hôpital de la Charité de Berlin, par exemple, ou à la clinique Buchinger, militent pour que le jeûne devienne un des piliers de la santé.

Pour eux, cette thérapie devrait être au cœur des stratégies de prévention.

Ce qui les motive ? Les résultats obtenus et documentés du jeûne pour des pathologies courantes comme l’arthrose, les rhumatismes ou le diabète.


Comment le jeûne est entré dans les soins ?

L’histoire médicale du jeûne est née de ce même enthousiasme. Car les médecins et thérapeutes qui se sont mis à la prescrire ont eux-mêmes connus des expériences bouleversantes grâce au jeûne. Ainsi :

> Le Dr Otto Buchinger (1), lui-même, a fait l’expérience du jeûne réparateur. Atteint d’une polyarthrite rhumatoïde liée à une infection, il a dû en 1917, quitter la Marine dans laquelle il était mobilisé en pleine Première Guerre Mondiale. Aucune des solutions de la médecine conventionnelle de l’époque ne lui apportait la moindre amélioration. Il se lance alors dans un jeûne supervisé par l’un de ses confrères, le Dr Riedling.

Alors qu’il était presque immobilisé, le jeûne a soulagé ses peines et permis de retrouver toute son énergie. Il a consacré celle-ci à développer une méthodologie du jeûne que la clinique qu’il a fondé – et qui porte son nom – continue à proposer aujourd’hui à ses patients.

> Le fils du Dr Edward Hooker Dewey était atteint de diphtérie (une puissante angine) et souffrait horriblement.

Le traitement de l’époque consistait en une lotion à base de quinine et de fer associée à… du whisky pour que cela passe !

Le médecin n’avait pas à cœur d’employer pour son fils ce traitement qu’il considérait comme trop cruel même pour un cheval. En dépit d’une angoisse extrême, il s’est contenté de ne pas nourrir son enfant qu’il a veillé jour et nuit en espérant qu’il ne meure pas d’étouffement. Et contre toute attente, au bout de quelques jours, l’enfant a guéri et s’est remis. À partir de là, le Dr Dewey a fait du jeûne un pilier de guérison.

Ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres. On aurait pu citer d’autres « promoteurs » du jeûne qui, au XIXe ou au XXe siècle, ont tous été témoins des résultats patents des thérapies par le jeûne. On peut citer Bernard MacFadden, Upton Sinclair, Herbert Shelton, Guillaume Guelpa, Yuri Nikolaev, etc.

Et encore aujourd’hui, le succès du jeûne n’est pas démenti par les foules qui le pratiquent. Les forums santé sur Internet regorgent de témoignages sur les effets positifs du jeûne, comme ici (2) par exemple ou ici (3) (en anglais).

Vous me direz que les témoignages n’ont aucune valeur scientifique. Il est vrai que ce ne sont pas des études en double aveugle randomisées. On en est même loin. Pour autant, l’afflux de ces témoignages et la fidélité des patients aux cliniques qui proposent le jeûne montrent qu’il existe un réel engouement pour cette pratique et qu’elle apporte satisfaction à grand nombre de patients.


Clint Eastwood et le jeûne

Même les stars de cinéma s’y mettent. Le cas de Clint Eastwood est emblématique. Il est connu dans le monde entier comme acteur et réalisateur de film. A 84 ans passés, cet homme hors du commun est toujours aussi actif. Il explique que l’un de ses secrets est le jeûne hydrique. Chaque année, il s’offre la joie d’une cure. Il a même été jusqu’à jeûner 22 jours ! (4)

Il explique que cet exercice lui donne une énergie incroyable.

Inconditionnel du jeûne, il estime que tous ceux qui ont essayé sont d’accord pour en louer les bienfaits. La réalité est sans doute un peu plus complexe et le jeûne ne guérit pas tout. Pour autant, les chiffres avancés par les médecins russes ou allemands sont sans appel : deux tiers des patients tirent des bénéfices du jeûne. Et nombreux sont ceux qui recommencent l’expérience. Il est, du reste, recommandé d’effectuer plusieurs cures avant d’en tirer les meilleurs bénéfices.


Et le cancer ?

Parmi les témoignages sur des améliorations, voire des guérisons par le jeûne, certains concernent des cas de cancer.

S’il convient de prendre ces témoignages avec précaution car nous manquons encore de recul sur le sujet, ils corroborent en tout cas, la théorie du Pr Valter Longo en Californie.

Gérontologue et biologiste, ce chercheur a voulu savoir si le jeûne avait un effet sur des souris atteintes de cancer et traitées par chimiothérapie.

Le résultat de l’étude est probant.

Les souris ayant jeûné et subi une chimiothérapie ont davantage survécu que celles ayant subi une chimiothérapie avec leur alimentation habituelle.

20 à 40 % des souris soumises au jeûne ont survécu au cancer et à la chimiothérapie. Dans l’autre groupe, toutes ou presque sont décédées.

L’étude a aussi montré que les jeûneuses étaient capables de supporter des doses de chimiothérapie supérieures sans mourir.

Cette étude a créé un tremblement de terre dans le monde médical aux Etats-Unis et suscité de nombreux débats.

Le Norris Hospital de Los Angeles a d’emblée voulu lancer un essai thérapeutique pour voir si l’on retrouvait, chez l’humain, les bienfaits du jeûne chez la souris. Le but principal de cette étude est de prouver l’innocuité, pour les patients, d’un jeûne couvrant les 48 heures avant une séance de chimiothérapie et le jour où celle-ci est administrée. À ce jour, les résultats de cette étude ne sont pas encore publiés.


Le défi du jeûne

Au-delà des doutes sur l’efficacité du jeûne, il est souvent nécessaire de lever un autre frein à l’expérience : la peur…

En effet, personne n’imagine que supprimer ou réduire son alimentation puisse renforcer le corps ! Et l’habitude de manger est si bien ancrée dans nos sociétés de l’abondance que la perspective de manquer de nourriture pendant quelque temps nous panique.

Ainsi le jeûne s’apparente-t-il à un vrai défi.

De nombreuses personnes ayant tenté l’expérience pensaient qu’elles ne seraient pas capables de la mener à bout.

C’est la raison pour laquelle les cliniques qui proposent le jeûne s’assurent en premier lieu de l’adhésion du patient à la pratique.

À ce titre, si vous souhaitez vous lancer dans un jeûne, l’idéal est d’aborder la question avec un expert et d’en parler également à votre médecin en espérant que celui-ci puisse être à l’écoute de vos attentes.


Comment ça marche ?

Le corps dispose de trois carburants :

  • Le glucose
  • Les protéines
  • Les lipides

Le glucose, indispensable pour le cerveau, est aussi le carburant dont les réserves s’épuisent le plus vite. Au bout d’un jour de jeûne, elles sont vides. A ce moment-là, les protéines prennent le relais : elles fabriquent le glucose à partir des muscles.

Le corps va également, et dès ce moment-là, puiser dans les graisses pour créer un substitut de glucose : les corps cétoniques. Ce sont eux qui alimentent le cerveau.

Si les protéines jouent un rôle essentiel, elles restent préservées par le corps vu leur importance métabolique. Ce sont donc les lipides qui fourniront le gros de l’énergie (96%). C’est le foie qui opère la transformation des lipides en corps cétoniques.

Cette phase, appelée également crise d’acidose, est la plus délicate du jeûne.

Une fois qu’elle est passée (3e jour), le corps trouve un nouvel équilibre. C’est à ce moment-là que peuvent apparaître des phases d’euphorie ou une sensation de légèreté et de liberté exaltante.

Ainsi, dans le jeûne, le plus difficile n’est pas la privation de nourriture mais l’adaptation du corps à ce stress et les transformations chimiques et mécaniques qu’il provoque.


Une démarche transformatrice…

Si le jeûne est une thérapie efficace, il ne s’agit en aucun d’une médecine « douce ».

Il y a dans le jeûne une forme de radicalité.
C’est ce trait particulier qui fait peur et qui attire à la fois.

Il opère une transformation chez le patient.

D’abord, parce que c’est un acte de volonté fort. C’est un acte individuel.

Ensuite, parce qu’un jeûne réussi se fait difficilement seul. Il est bon d’être suivi médicalement et que l’entourage soit prévenu. Lorsque l’on jeûne, on a besoin des autres. C’est donc une démarche qui incite au lâcher prise.

Pour que la thérapie soit réparatrice, elle doit être accompagnée d’exercice. Il est bon également qu’elle soit menée dans un endroit qui permette le contact avec la nature. Le jeûne renforce l’acuité des sens !

Il permet de reprendre sa vie en main.
Il permet à la vie de se relancer….


…qui n’est pas sans limites !

Si le jeûne ne présente pas de danger, la dénutrition, quant à elle, oui.

Un certain nombre de règles doivent être suivies pour que la thérapie soit bienfaitrice.

Voici quelques conseils pour vous permettre de mener à bien une expérience de jeûne :

1. Éviter les charlatans.
C’est vrai dans la médecine conventionnelle, c’est vrai aussi pour les médecines intégratives et c’est tout aussi vrai pour le jeûne. La discipline a même connu un exemple tristement célèbre en la personne de Linda Hazzard. Passionnée par les travaux du Dr Dewey, elle en fit une application toute personnelle en créant un sanatorium où elle laissait mourir de faim ses victimes. Elle fut condamnée par la justice et emprisonnée pour homicide involontaire.

Cesser de se nourrir n’est pas sans incidence. Le jeûne n’est pas là pour affaiblir les malades, mais au contraire les renforcer.

2. Préparer le jeûne.
Une cure se prépare ! D’abord, il faudra se sevrer de ses addictions avant de commencer l’expérience : plus de tabac, plus d’alcool, plus de café, plus de petits gâteaux et autres sucreries dans les jours qui précèdent le jeûne.

Ensuite, il peut être bon de commencer à réduire l’alimentation en adoptant pendant quelques jours un régime végétarien ou moins riche qu’à l’habitude.

Enfin, le jeûne nécessite de se retirer hors du temps dans un lieu qui va vous permettre de vivre cette expérience (avec d’autres). Il faut choisir le bon moment, les intersaisons étant idéales (dans les pays concernés, s’entend).

3. Être accompagné d’une équipe médicale compétente.
Que ce soit à Buchinger ou à Goryachinsk, les patients sont suivis. Tous les jours, on fait des relevés biologiques ou des prises de sang afin de s’assurer que le patient réagit bien. Cette démarche est d’autant plus nécessaire que, dans le cadre des maladies chroniques, l’arrêt des médicaments est préconisé, ce qui ne saurait se faire sans l’avis du médecin et un suivi médical adéquat.

Par ailleurs, l’accompagnement est nécessaire parce que le jeûne produit des effets importants sur le corps :

  • Sur les hormones : elles sont bouleversées par le jeûne. En réagissant au stress subi par le corps, elles l’incitent à mettre en œuvre ses mécanismes de régénérescence.
  • Effets physiologiques : au bout de trois jours, lors de la phase appelée par les russes « crise d’acidose », le patient peut avoir des nausées ou ressentir certains désagréments digestifs. Il est utile qu’une équipe de soignants soit présente à ce moment-là. Le patient ne doit pas être isolé.
  • Effets psychologiques : conséquence directe des deux premières évolutions, l’humeur peut changer au cours du jeûne. Certains vivent des moments d’euphorie, parfois mystiques. Là encore, la présence d’un accompagnant peut apporter un soutien ou une écoute constructive pour le curiste.

4. Limiter le jeûne dans le temps.
Une semaine de jeûne, c’est déjà une très belle expérience. On estime qu’un jeûne produit déjà de nombreux effets au bout de trois ou quatre jours. Il est bon de ne pas repousser trop loin ses limites.

5. Boire beaucoup d’eau.
Si l’alimentation est réduite, voire exclue dans le cadre du jeûne hydrique, il faut en revanche boire beaucoup plus que d’habitude. N’oubliez pas notamment que notre alimentation contient beaucoup d’eau : il faut compenser cette perte-là. Mais il faut aussi aider le corps à éliminer et à faire face au jeûne.

6. Faire de l’exercice.
Pour accompagner l’élimination, l’activité physique est nécessaire. Les cliniques ou sanatoriums proposent des massages, des promenades, des exercices physiques collectifs, etc.

7. Choisir le jeûne qui vous convient.
Il n’est peut-être pas nécessaire d’en passer directement par un jeûne total. Opter pour une cure dont l’alimentation est simplement réduite sera potentiellement plus adapté. De même, il est bon de choisir un environnement qui vous plaît, un endroit où votre corps et votre esprit pourront réellement se régénérer.

8. Bien sortir du jeûne.
De même qu’une préparation est nécessaire, il est bon de prévoir une sortie de cure. Pour cela, prévoir une supplémentation en vitamines avec son médecin peut être utile (bien que ce ne soit pas indispensable). Maintenir de bonnes habitudes alimentaires permettra aussi de faire durer les effets positifs du jeûne. Cela sera vrai également de l’activité physique.


Comment franchir le pas ?

L’étape d’après est simple : avant de vous lancer, il faut vous préparer.

Parlez-en autour de vous et renseignez-vous par exemple auprès d’un expert compétent et bienveillant.

Pour cela, nous avons l’homme de la situation : Thomas Uhl !

Naturopathe, écrivain, conférencier et passionné par la santé naturelle depuis de longues années, il est le spécialiste de référence sur le jeûne en France.

Son dernier livre, Et si je mettais mes intestins au repos ?, préfacé par Christophe André, est une bible du jeûne et de la détox (publié chez Solar Editions) !

Nous avons la chance d’organiser une conférence avec lui sur cette question passionnante du jeûne.

Vous aurez donc la possibilité de rencontrer Thomas Uhl, le jeudi 16 mars à Paris ou de suivre son intervention à travers notre programme vidéo.

Lieu de la conférence :
Association du quartier Notre-Dame des Champs
92bis boulevard du Montparnasse – 75014 Paris.
Accueil des participants à partir de 19h.

Inscription ici


Une promenade de santé dans le Vercors

Naturopathe à 24 ans, il s’est spécialisé dans les affections pulmonaires et digestives. Convaincu qu’une grande partie de nos problèmes quotidiens de santé vient de notre mode de vie, il prône un changement complet qui passe par un travail sur les émotions, une modification des habitudes alimentaires et une reprise de l’activité physique.

Conscient de la difficulté que peut représenter un tel défi, Thomas Uhl a créé en 2006, le Centre de la Pensée Sauvage dans les contreforts du Vercors.

Il a réuni une vingtaine de professionnels de la santé naturelle avec lesquels il reçoit régulièrement des curistes venus vivre un temps de jeûne ou de détox.

Chaque année, près de 1000 personnes passent par le Centre de la Pensée Sauvage situé dans une région fière, rugueuse et magnifique.

C’est pittoresque comme Goryachinsk, mais moins loin pour la plupart d’entre vous !

Naturellement vôtre,
Augustin de Livois


sources :
(1) Le pionnier du Jeûne Thérapeutique
(2) Le jeûne et l’arthrose
(3) Healing Fasting Testimonies
(4) My 22 Day Fast on Pure Water


Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
Association loi 1901 sans but lucratif
21 rue de Clichy
75009 PARIS
www.ipsn.eu

Publicités

Déposez votre commentaire ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s