LE COUP D’ÉTAT DES BANQUIERS

CE QUE NOUS VIVONS, CE N’EST PAS UNE CRISE: C’EST LA PLUS GRANDE ESCROQUERIE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ. SI TOUT LE MONDE PREND CONSCIENCE DE CETTE IMMENSE ARNAQUE NOUS POURRIONS FAIRE CHANGER LES CHOSES. L’ARGENT EST RESTÉ UN SUJET TROP TABOU. IL EST TEMPS QUE ÇA CHANGE. LE SYSTÈME BANCAIRE VOLE ET ASSERVIT LE MONDE ENTIER. IL S’AGIT D’UN VÉRITABLE COUP D’ÉTAT.

CETTE SITUATION EST IDENTIQUE POUR TOUS LES PAYS DU MONDE OCCIDENTAL, ET DURE EN FRANCE DEPUIS 1973.

EN 1973, LA FRANCE PRIVATISE LA CREATION MONÉTAIRE. Le ministre des finances Valery Giscard D’Estaing (sous la Présidence de Pompidou, ancien directeur général de la banque Rothschild) modifie les statuts de la Banque de France par LA LOI 73-7 pour lui interdire de faire des avance ou des prêts à l’État.

EN 1992, IL EUROPÉANISE CETTE RÈGLE : l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou aux Collectivités Publiques.

CETTE LOI S’ÉTEND DONC DANS TOUTE L’EUROPE et passe dans la proposition de constitution Européenne. L’article 123 du traité de Lisbonne reprend mot pour mot le libellé de l’article 104 de traité de Maastricht.

LE 04 FÉVRIER 2008 LE TRAITÉ DE LISBONNE EST ADOPTÉ EN FRANCE PAR SARKOZY, ALORS QUE LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION EUROPÉENNE AVAIT ÉTÉ REJEÉ PAR 53% DES FRANCAIS

AVANT LA LOI DE 1973, LA DETTE N’EXISTAIT PAS EN FRANCE.

Du 1er janvier 1976 au 31 décembre 2006, la dette de la France s’élève à 1142,7 milliards d’euros après les remboursements déjà effectués. Mais cette dette entraîne des intérêts composés qui la font augmenter à chaque seconde. POUR REMBOURSER LA DETTE ET CES INTÉRÊTS, L’ÉTAT VA LES PRÉLEVER SUR LES IMPÔTS DIRECT OU INDIRECT DES CITOYENS, qui correspondent donc à une partie du fruit de leur travail, et cela va directement dans la poche des banquiers : c’est la plus grande escroquerie de l’histoire de l’humanité ! Il est plus que temps de nous réveiller. Cette crise monétaire est virtuelle.

La solution pour commencer à se sortir de cette situation serait de rendre à la Banque de France le droit de faire des avances ou des prêts sans intérêts à l’Etat et aux collectivités publiques.

« Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé.

Les activités bancaires ont été conçues dans l’iniquité. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-la leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer de l’argent d’un petit trait de plume, ils vous la rachèteront…

Enlevez-leur ce grand pouvoir et alors toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, comme elles devraient le faire, et alors nous aurons un monde meilleur où il ferait mieux vivre. Mais si vous voulez être les esclaves des banques et continuer de payer le coût de votre esclavage, laissez les banquiers continuer de créer l’argent et de contrôler le crédit.  » Josiah Stamp, directeur de la Banque d’Angleterre de 1928 à 1941 (et 2ème plus grande fortune de Grand-Bretagne à l’époque).

”Les banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont acheté tout et tout le monde.” Henry Makow. Ecrivain Canadien né en 1949.

« Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. » Napoléon Bonaparte, Empereur Français, (1769-1821).

« Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile… Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois… L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation. » William Lyon Mackenzie King, Ex-premier ministre du Canada. (1874-1950)

« Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henry Ford

Publicités

Déposez votre commentaire ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s