vient de paraître aux éditions MUSE

vient de paraître aux éditions MUSE :

afficher la couverture

AUX PORTES DU SILENCE

récit d’une méharée dans le désert libyen

préfacé par Marie Andersen et Jeannine Dion-Guérin

ISBN 978-3-639-63562-1

prix pour la Belgique : 19,80 € (port compris)

commandes à adresser à michel.cliquet@gmail.com

règlement par virement bancaire


DES PAYSAGES OÙ L’ON RESPIRE

Un récit de voyage ? C’est plus que cela. Bien plus que cela. Notre ami Jean Botquin a vécu la même expérience, et en a rendu compte, en vers. C’est d’abord, et avant tout, un voyage vers l’intérieur, à la recherche de soi-même. Une sorte d’épure, de dessin ramené aux grandes lignes, à l’essentiel. En rejetant tout l’accessoire, les accessoires, une sorte d’épuration, si l’on veut, qui permet d’aller enfin à la rencontre de l’autre.Un style ample et dénudé à la fois, comme un grand manteau déployé sur le sable, sur la mer, sur le ciel:

on ne peut imaginer le désert/seulement le rêver/tel une femme de sable/patiente et silencieuse et frémissante/fragile et dénudée entre les draps du ciel/peau mate et brûlante/offerte aux étoiles la nuit/le jour aux vents de sable/allongée lascive sous un firmament sans trace. (p.16)

Des paysages où l’on respire. Des notations brèves, précises, presque techniques, qui font d’autant mieux ressortir la beauté des images. Un lyrisme très maîtrisé.

Peu de ponctuation, pas de majuscules: un flot continu de notations précises, sur un ton assez neutre. La banalité des lieux: aérodrome, aire de stationnement. Chaque mot porte et sonne juste, avec beaucoup de phrases nominales. Serait-ce la sécheresse du désert qui joue ainsi sur le style, lui transmettant une part de son dépouillement? Mais l’auteur est attentif à tous les détails du paysage, et ne se contente pas d’à peu près. Des observations portées à la fois par une grande imagination poétique et un regard très pénétrant.

Et tout cela débouchera, comme nous le disions au début, sur une véritable refondation de soi-même, avec un stoïcisme, qui fait songer à la Mort du loup, de Vigny, et une réinvention du rite (pp.40, 46)

ce soir, j’ai foi en l’homme (p.32)

le désert est le miroir de notre âme (p.40)

Joseph Bodson
À propos de AUX PORTES DU SILENCE —
Association Royale des Écrivains et Artistes de Wallonie — 12/2014

Publicités

Déposez votre commentaire ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s