Qu’est-ce que la Cinquième Dimension ?

[ d’après LILA ]

Les sciences physiques qui ordonnent notre approche du monde sont le résultat de sauts de puces qui se sont succédés entre le 18ème siècle et le début du 20ème siècle.

La physique classique comprend :

• La  mécanique newtonnienne d’Isaac Newton formulée en 1687.

• La  thermodynamique élaborée par Rudolf Clausius autour de 1850, incluant la physique statistique qui a pour objectif d’étudier des systèmes de particules complexes à partir de leurs éléments les plus petits et élémentaires ; on pense que les macrosystèmes sont semblables dans leur fonctionnement aux échanges microparticulaires faciles à observer sur un temps plus court et un espace réduit.

• La  théorie de l’électromagnétisme conçue par James Clerk Maxwell en 1865 et reprise 30 ans plus tard (en 1895) par Hendrik Antoon Lorenzt pour y ajouter la théorie de l’optique ondulatoire, c’est-à-dire que l’on commence à considérer la lumière comme une onde électromagnétique ondulatoire.

La physique quantique est née entre 1900 et 1925 et, au départ, elle sert de fourre-tout à ce qui n’entre pas dans les théories élaborées par les physiciens qui ont la cote : on y range toutes les expériences qui contredisent les théories choisies pour expliquer la vision du monde.

L’expérience du rayonnement du corps noir met en évidence les échanges d’énergie existant autour d’un corps absorbant toute énergie et en équilibre thermodynamique avec son milieu ; cette expérience révèle une sorte d’énergie invisible qui s’échappe du corps absorbant alors qu’il n’y a pas d’échange de chaleur suffisant pour expliquer la perte d’énergie  entre l’objet et son milieu.

Marx Planck imagine que cette énergie instable s’échappe par paquets que l’on nomme « quantum » puis « quantas ». La théorie des quantas structure la lumière en particules subatomiques, les photons, qui sont les charges d’énergie électromagnétique augmentant la vitesse ou la puissance des électrons. Cette théorie est finalisée par Albert Einstein en 1905.

Pour expliquer l’instabilité des électrons autour des atomes et les échanges électromagnétiques non conformes à la théorie des quantas, Niels Bohr, eut recours à une idée simple : les échanges d’électrons sont possibles entre des orbites fixes lorsqu’une plus grande intensité d’énergie est appliquée à un moment précis, sur une fréquence et une vitesse supérieures aux 2 orbites fixes : en langage néo-chamanique nous dirions qu’il y a des échanges entre des dimensions stables lorsqu’un ascenseur vibratoire – une passerelle électromagnétique appelée le « pont des épées » dans les livres de Kryéon – est établie en augmentant temporairement la vitesse des électrons par une charge électromagnétique plus intense ( grâce à une éruption solaire ou volcanique déstabilisante, par exemple).

Le néo-chamanisme considère l’ensemble de nos fonctionnements comme étant « l’orbite fréquentielle fixe » c’est-à-dire la 3ème dimension. L’ensemble des systèmes biologiques fonctionnent sur des fréquences qui ressemblent à des « vibrations ondulatoires » dont les points de références maximum et minimum restent fixes. Lorsqu’une masse d’énergie mentale est créée, augmentée par la cohésion émotionnelle issue des communications immédiates (la télévision et les moyens Wifi) entre les individus situés sur tous les continents, la masse d’énergie psychique peut influencer l’énergie de notre réalité, par exemple en augmentant l’intensité de l’électromagnétisme de notre planète par l’intensité de nos émotions communes. Cette augmentation temporaire et ciblée dans le temps de notre énergie humaine serait capable de faire vibrer l’ensemble de la planète sur une fréquence psycho-mentale supérieure : en quelque sorte, la force de la pensée associée à l’énergie d’une forte émotion collective aurait pour effet de créer un pont d’énergie électromagnétique avec une autre réalité, une autre fréquence vibratoire fixe, la « 4ème dimension » et une nouvelle impulsion pourrait nous amener ensuite vers la 5ème dimension, une version encore moins « lourde » de notre mode de vie et de ce que nous savons de la stabilité électromagnétique.

L’humanité en tant que corps produit de l’énergie sous plusieurs formes : chaleur physique, électromagnétique, émotionnelle (valeurs du cœur) et énergétique par l’éveil des çakras, sans compter nos mouvements et nos modes de vies, qui ont un impact global sur le climat. Cette influence biophysique peut augmenter l’intensité électromagnétique globale de la planète en s’associant peut-être à une éruption solaire ou à une éruption volcanique particulièrement importante qui changerait notre charge électromagnétique globale un cours instant. Ces conditions particulières créeraient un échange d’énergie avec une autre fréquence vibratoire déjà existante mais actuellement inaccessible par nos sens ou nos concepts puisque cela ne fait pas partie de notre cercle fréquentiel habituel.

Dans l’expérience du rayonnement noir, seuls quelques électrons sont échangés avec un autre atome, à l’échelle macrosolaire, la planète serait-elle suffisamment « petite » pour changer son niveau de fréquences électromagnétique et passer sur un autre système orbital ? Et s’il s’agit d’un changement de fréquence électromagnétique, seuls ceux qui restent en accord avec le noyau et la polarité terrestre restent vivants au passage de cette passerelle entre des mondes fréquentiels différents. Les êtres dont l’énergie serait trop lente, ne pourraient pas suivre le mouvement électromagnétique acceléré ou ralenti.

Dans certaines philosophies, on assure que nos pensées interagissent avec notre « ligne de vie », et il est facile de constater qu’un esprit positif rencontre moins de difficultés pour atteindre ses objectifs. D’autre part, certaines prophéties insistent sur le fait que nous devons vivre en accord les uns avec les autres, que nous devons apprendre à porter notre énergie vers les mêmes objectifs psychiques et essayer de maintenir une sorte de neutralité avec ceux qui s’opposent à la paix entre les forces. En tant qu’humanité nous représentons une masse et une énergie qui produit de la lumière. Reste à essayer d’augmenter ce potentiel « intérieurement », c’est-à-dire en utilisant notre pensée comme moyen de canaliser cet électromagnétisme pour une plus grande intensité, et la relier à la terre qui nous abrite et au soleil dont nous dépendons pour nous nourrir et pour établir notre vitalité.

On voit bien que la variabilité du taux d’exposition à l’ensoleillement entraîne des variabilité d’humeur et des difficultés physiologiques. Nous sommes moins souvent à l’air libre et plus souvent exposés au stress, à la déprime et à la dépression, mais aussi aux problèmes de marginalisation psychologique. Le soleil nous aide à rétablir nos cycles biologiques et à stabiliser positivement notre vitalité vers son taux le plus élevé : au printemps et en été, mais également lorsque les saisons sont bien ensoleillées, on est moins exposé à la morosité ou aux baisses d’immunité. Je pense que la vitalité est une façon humaine de démontrer de la puissance et de la vitesse, donc c’est la preuve d’une charge électromagnétique qui aide à soulever notre masse corporelle et psycho-émotionnelle.

Dans le vocabulaire néo-chamanique, être positif signifie être chargé de vitalité, confiant et disposé à se laisser décharger de ses poids inutiles. Plus on est léger dans sa tête, plus on le devient dans son mode de vie et moins on se sent ralenti par son passé. Plus l’énergie est chargée en électromagnétisme autour d’un noyau, plus les masses situées autour de ce noyau semble légères, portées par la répulsion naturelle entre les polarités négative et positive. La stratosphère repousse les corps étrangers qui sont moins rapides que la vitesse de rotation terrestre. La même chose advient pour les gens confiants : l’énergie d’un mental positif permet des opportunités qui n’existent pas de la même façon pour des gens ralentis par un mental défaitiste. La vitesse permet de soulever des masses importantes grâce à l’énergie de l’électromagnétisme.

Le modèle quantique du néo-chamanisme fait un parallèle entre les sentiments et les lois de la physique quantique en se basant sur la multidimensionnalité, la capacité des humains à dissocier plusieurs niveaux de réalités et à combiner des aptitudes dans des domaines complètement différents, et même opposés. Cette capacité à faire et à imaginer des choses sur des plans différents, permet de dire que nous sommes des êtres rayonnants et multidimensionnels, autrement dit : multitâches, polyvalents, à compétences variées, vivant plusieurs vies en une seule existence grâce à notre conscience qui unit ces différents domaines et niveaux d’investissement d’énergie en une unité rayonnante et communicante avec les autres. La vision néo-chamanique compte sur la multidimensionnalité pour convertir l’énergie électromagnétique dégagée par notre psychisme en une énergie plus légère, augmentant notre capacité à évoluer physiologiquement et en capacité de Conscience. Ce processus de développement serait conjoint à une exposition de la lumière solaire plus intense mais temporisé par une autre fréquence électromagnétique issu de la planète terre.

Ce n’est qu’une idée… mais le monde s’est amélioré uniquement à partir des idées de quelques hurluberlus qui sont devenus, plus tard, les penseurs de leur Temps !

Lila

[ corrections : Michel ]

[ source : http://www.elishean.fr/?p=33669 ]

Ici le lien qui permet de comprendre la théorie des quantas d’une façon plus scientifique et détaillée. http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_quanta

http://www.lilaluz.net/

Publicités

Déposez votre commentaire ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s