marcher, encore et encore

marcher

encore et encore
jusqu’au bout de mon être

marcher

jusqu’à épuiser tous les sens
jusqu’à étreindre la douleur
sans plus rien voir ni rien entendre
que la supplique du cœur haletant
compagnon des derniers jours
du dernier instant

marcher

me redire le temps présent
vaincre le souvenir
sans nul désir réitérer le pas à franchir
oublier les espaces accomplis
laisser derrière soi l’inerte passé
comme un galet de granit au lit de la rivière
ne voir que l’à-venir
la vie
ne vouloir que l’horizon
derrière les brumes

marcher

en sachant le soleil
posséder la lumière en-deçà des paupières
avec dans les yeux clos
ton image
ton regard
ton souffle immanent
intemporel
immatériel
ton haleine de vie

marcher

outre les brises
les brèches
les rancœurs
dans l’au-delà d’amour
trouver en mon corps l’unique tendresse
en mon cœur l’ultime force de vouloir
encore un pas

marcher

vers nulle part
si ce n’est vers moi-même
poursuivre le chemin
la voie libératrice
l’étoile
car je suis tout cela et davantage encore

aucun obstacle
aucune force
aucun être
n’arrêtera mon élan
ma fuite
mon calvaire
ma rédemption
ma victoire

car je suis moi
je suis toi
tu es en moi et tu me nommes
tu me nourris
tu m’apaises
tu es ma vie
mon amour
ma transcendance

marcher encore
marcher

Michel Cliquet (2010)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s