poème, nécessité

poème
nécessité de lieu
urgence de dire
de poser sur le papier
cette matière impalpable
ce sable de déraison

non point posséder l’écrit
mais être possédé par lui
innocent et vierge
à chaque page blanche

la quête du poète ne regarde que lui
elle n’est point le bonheur

le bonheur est un état de grâce instantané
que favorise un concours occasionnel
de circonstances aléatoires

il n’est point un artefact
à quoi bon le poursuivre
le poète ne pourra qu’en rêver

seul importe l’à construire…
l’à créer

ce qui n’est plus à bâtir est voué à la ruine et à l’oubli
la permanence n’est point d’ici
tout est éphémère hormis l’illusion

et dans l’illusion de l’impermanence du poème
transparaît l’absolue vérité mot à mot exprimée

bien sûr l’instant est de sable
mais sa trace est éternelle
et parce que sa trace demeure
l’instant demeure
le poème est lieu de vie

bien qu’éphémère soit la vie
aussi la vie est éternelle
évanescence et permanence
sont les deux visages de Dieu
et l’acte du poète façonne l’éternel
avec des mots fugaces
oui le poète est à l’image de Dieu

la quête du poète est l’écriture absolue
exprimer ce qui doit être dit
tout cela et rien de plus
en tout temps veiller à proclamer
le vrai
le beau
l’absolu
et rien que cela
hormis quoi tout ne lui sera
que silence
et solitude

Michel Cliquet (2010)

Publicités

Déposez votre commentaire ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s