‘Ma liberté finit ou commence la tienne’

Pour moi, il s’agit là de l’un des fondements de la morale : le respect.

« mes limites sont les tiennes » ; c’est à dire que pour ne pas empiéter sur ta liberté, je suis tenu de limiter la mienne à cette frontière précise où les libertés respectives ne sont pas violées.

Exemple : j’ai la liberté de fumer, autant que j’ai la liberté de ne pas fumer ;

si je choisis d’exercer ma liberté de ne pas fumer, la liberté d’autrui s’arrête là où son éventuelle fumée fera violence à mon libre choix de ne pas fumer.

Les Amérindiens vont plus loin encore, puis qu’ils enseignent : « tout acte doit être envisagé quant à ses conséquences pour les sept générations à venir ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s