que s’est-il passé le 9/10/1996 à Saint-Prim, en Isère?

50 super-gendarmes du GIGN
dans une intervention
ANTI SANTE NATURELLE !!!

Vous n’allez pas croire ce qu’ils sont venus chercher…


un article de Gabriel Combris


Chère lectrice, cher lecteur,

Il est 6 heures, le matin du 9 octobre, quand un groupe de 50 militaires du GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) envahit un petit bâtiment du paisible village de Saint-Prim en Isère.

Posté dans les airs en vol stationnaire, un hélicoptère fait des rondes au-dessus du village encore plongé dans la torpeur du petit matin, à l’affût du moindre mouvement.

Il ne faut que deux minutes pour que les hommes du GIGN prennent le contrôle des lieux.

Cagoulés, équipés de fusils d’assaut, appuyés par des chiens policiers, les super-gendarmes ont sorti les grands moyens pour arrêter un homme.

Un tueur en série ? Un dangereux terroriste en cavale ?

Non.

Un scientifique, ancien chercheur au CNRS, qui profite de sa retraite pour mener des recherches privées sur plusieurs substances naturelles actives contre le cancer.

Vous avez bien lu : le GIGN pour venir arrêter un docteur !!!!

Ce professeur, âgé de 73 ans, est menotté comme un dangereux assassin, et il assiste, impuissant, à la mise à sac de son laboratoire :

Il voit les gendarmes qui n’hésitent pas à percer les murs à la recherche d’éventuelles cachettes secrètes.

Tous les produits, matières premières, échantillons d’analyse, registres de laboratoire, courriers, ordinateurs, documents de recherches… sont saisis.

Et ce n’est pas fini.

À leur tour, les employés du labo, qui arrivent pour commencer leur journée sont arrêtés un à un et emmenés par les gendarmes !

Ce qui se passe ensuite défie la raison :

Une équipe d’hommes tout de blanc vêtus font leur entrée et se mettent à vaporiser tous les locaux avec une substance dont ils ne veulent rien dire, sous prétexte d’éventuelles émissions radioactives !!!

À ce moment-là, seul le vieux professeur est encore présent, menotté, comme « oublié » dans un coin.

Et l’opération va plus loin encore.

Au même moment, d’autres gendarmes quadrillent la France et procèdent à l’arrestation de plus de sept cent personnes dans l’entourage du scientifique.

Médecins, pharmaciens, patients, distributeurs…

Tous leurs logements et bureaux sont fouillés, leur matériel saisi par la justice.

TOUS sont traités comme de dangereux criminels dans le cadre de l’opération « Isa 2 », classée secret défense.

Pourquoi une telle action ? Digne d’un réseau de trafiquants de drogue ?

Quel sombre crime ont-t-ils commis ?

Pour le savoir, revenons un peu en arrière…

Une guérison naturelle un peu trop visible au gout du gouvernement ?

Peu après son élection en 1981, le président de la République, François Mitterrand, déclare un cancer de la prostate.

Le Président, qui cache sa fille, Mazarine, sa maîtresse, Anne Pingeot, et son passé trouble pendant la Seconde Guerre Mondiale, refuse de se soigner et c’est à présent sa maladie qu’il cache délibérément aux Français.

Jusqu’à ce que l’ampleur de la pathologie le rattrape.

En 1992, alors qu’il lui reste encore trois ans « à tenir » avant la fin de son second mandat, un chirurgien lui annonce qu’il ne peut plus rien faire.

Son cancer est métastasé et largement généralisé.

Le médecin lui conseille même de préparer le pays à des élections anticipées.

Mais Mitterrand veut aller jusqu’au bout de son mandat, et pour cela… il est prêt à tout.

On lui conseille de s’entourer des plus brillants chirurgiens, des plus éminents cancérologues.

Il le fait.

Mais il ne s’arrête pas là.

Il garde l’esprit ouvert : pour guérir de son cancer, François Mitterrand rencontre des médecins “pas comme les autres”, ouverts à l’homéopathie et aux thérapies alternatives.

Et c’est ainsi qu’il va découvrir l’approche ultra novatrice d’un certain Mirko Beljanski, ancien chercheur de l’institut Pasteur et du CNRS, qui a développé des produits anticancer révolutionnaires ….

Ce professeur « pas comme les autres » lui prescrit deux substances naturelles aux noms étranges, (le Pao pereira et le Rauwolfia Vomitoria) supposées attaquer les cellules cancéreuses…

Et l’incroyable se produit.

En quelques mois, l’état du président s’améliore considérablement.

Et contre toute attente, alors que plusieurs ministres se préparaient à des élections anticipées, François Mitterrand parvient au terme de son second mandat.

Pour beaucoup, il a franchi la “ligne rouge”.

Même sa ministre de la Santé, Simone Weil, se dit « effrayée » par de telles pratiques.

Photo du Président Mitterand avec Simone Weil
Personne ne peut dire avec certitude si ce sont ces remèdes, qu’on appellera par la suite les « produits Beljanski », qui lui ont permis de tenir aussi longtemps.

Mais ce qui est intéressant, c’est la manière dont le président Mitterrand s’est comporté face à la maladie.

À mon sens, c’est une de ses meilleures décisions sur le plan personnel.

Car il a accepté l’idée que la médecine “conventionnelle” n’est pas toute puissante.

Et il a accepté d’entrouvrir des portes qu’on lui interdisait : c’était sa manière à lui de se battre contre la maladie.

C’est le Dr Claude Gubler (derrière lui sur la photo) qui a révélé cet ultime secret, 8 jours après la mort de François Mitterrand.

Photo du Président Mitterand et du Dr Claude Gubler
En même temps, cette déclaration va attirer la lumière sur le professeur Beljanski.

Les couvertures de journaux s’enchaînent alors à une allure vertigineuse.

Couverture Paris Match - Mitterand ses secrets
Pour le professeur Beljanski… c’est une malédiction.

De couverture de Paris Match en rumeur persistante, le professeur devient rapidement un homme à abattre.

L’Ordre des pharmaciens porte plainte… Suivi de près par l’Ordre des médecins.

TOUS veulent la peau de celui qui a osé prouver à la France entière que deux « simples » substances naturelles pouvaient s’avérer plus efficaces que des traitements chimiques lourds contre le cancer.

Il a rejoint la « liste noire » des savants maudits

En quelques mois seulement, après une carrière respectée de chercheur au CNRS, le Professeur Belkanski rejoint la liste noire des « savants maudits ».

Pointés du doigt par la médecine traditionnelle pour leurs découvertes non-conventionnelles.

Comme Jean Solomidès, condamné pour « exercice illégal de la médecine » pour avoir inventé les « physiatrons synthétiques », destructeurs naturels des cellules cancéreuses.

Comme Loïc Le Ribault, ancien expert en microanalyse auprès de la Cour d’Appel de Bordeaux, rénovateur de la police scientifique française et créateur du Silicium organique G5 efficace contre de nombreuses pathologies, qu’il n’a jamais pu faire agréer en France (mais qui l’est dans le Commonwealth), et qui a été poursuivi par l’Ordre des médecins jusqu’à ce qu’il soit emprisonné.

Il y en a beaucoup d’autres.

Jules Tissot, René Quinton, Antoine Prior, René Jacquier…

… Comme eux, le professeur Mirko Beljanski a commis la lourde faute de faire une découverte « dérangeante », qu’il a dû payer au prix fort. Une arrestation par le GIGN, un petit matin d’octobre 1996…

Comment en est-il arrivé là ?

C’est sa fille, Sylvie Beljanski, qui le raconte le mieux.

Elle a accepté de nous le révéler dans un numéro EXCEPTIONNEL de la revue Révolution Santé.

Il faut lire le détail de ce qu’elle raconte pour arriver à croire que cela s’est VRAIMENT déroulé ainsi.

Couverture - enquête Bejjanski Les derniers secrets du professeur maudit
Et pourtant…TOUT est rigoureusement exact, tout est documenté.Mais Sylvie Beljanski ne se contente pas de rendre justice à son père.

Après sa mort, elle a créé une « Fondation Beljanksi » aux Etats-Unis afin de poursuivre ses recherches contre le cancer en partenariat avec les plus prestigieuses Universités américaines.

OUI, en PARTENARIAT, vous avez bien lu !!!

Car certaines des plus fantastiques découvertes du professeur Beljanski sont aujourd’hui ATTESTÉES PAR LA SCIENCE et prouvées par des années de recherche et d’expérimentations :

Des chercheurs du Kansas University Medical Center ont conclu en 2018 que l’extrait de Pao pereira était très prometteur dans le traitement des cellules souches cancéreuses du pancréas1;

Plusieurs essais menés sur les cancers des ovaires, du pancréas et de la prostate ont mis en évidence une action efficace des extraits de Pao pereira et de Rauwolfia Vomitoria, seuls et en association, avec les traitements courants de chimiothérapie, consolidant les capacités anti)tumorales des traitements conventionnels.

  • L’efficacité des ARN-fragments développé par Beljanski et extraits de bactéries inoffensives pour stimuler la formation de globules blancs et de plaquettes sanguines chez les patients immunodéprimés après une chimiothérapie a récemment été confirmée par une étude effectuée au Cancer Centers Treatment of America (CTCA).3

Tous ces traitements sont connus aux États-Unis… sans danger… et efficaces.

Mais CHUUUUUtttt… silence radio sur les traitements naturels qui marchent

Mais en France, ça reste totalement confidentiel. Personne n’en parle.

Pourquoi, à votre avis ? Pour quelles raisons on ne parle pas de ces traitements aux centaines de milliers d’hommes et de femmes atteints d’un cancer ?

Ayez toujours en tête que notre système de santé repose sur le tout-médicaments.

Pour le cancer, c’est 100% chimio et un peu de radiothérapie.

Normal, c’est ce qui fait vivre l’industrie pharmaceutique et enrichit ses actionnaires : certains médicaments contre le cancer coûtent plus de 120 000 dollars par patient !

“Les médicaments du cancer atteignent un niveau de prix presque immoral” s’insurge le Dr Jean-Paul Vernant, hématologue à la Pitié-Salpétrière à Paris.

Il est l’un des 110 cancérologues à avoir alerté l’opinion sur les prix exorbitant des médicaments anti-cancer en 2016.

Mais les labos ne lâcheront pas l’affaire si facilement :

Chimio : le gros jackpot de Big Pharma

D’ici la fin de l’année 2020, le “marché du cancer” vaudra 155 milliards de dollars pour les labos pharmaceutiques !!

C’est le J.A.C.K.P.O.T.

On comprend mieux pourquoi il y a autant de pression pour traiter le cancer de façon unique.

Le cancer, c’est comme la vaccination, “ça ne se discute pas” pour reprendre les mots d’une ministre de la santé.

Et gare à ceux qui osent évoquer des pistes nouvelles pour accompagner le cancer.

Permettez-moi de faire une mise au point importante avant d’aller plus loin : il ne s’agit pas de dénigrer la chimiothérapie. C’est aujourd’hui un des seuls espoirs pour les malades, même si on connait ses terribles effets secondaires.

Mais il n’y a pas que ça… et ce que révèle la fille de Mirko Beljanski dans Révolution Santé est proprement stupéfiant…


sources :

https://www.directe-sante.com/revolution-sante/ (octobre 2019)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mirko_Beljanski

Rétrospective : 20 ans de photographie

Pour ceux qui ne pourront pas voir mon exposition rétrospective, voici un diaporama de survol.

Enjoy!

amateurs d’anti-inflammatoires ? lisez ceci…

un article de Michel Dogna


pire que ce qu’on pensait

Ce qui est train de se passer sur les anti-douleurs et anti-inflammatoires est très grave.
On est en train de mettre en danger de mort les millions de personnes âgées qui souffrent de douleurs chroniques. Vous-même, vous êtes directement concerné(e) si vous avez des douleurs articulaires qui vous tenaillent (arthrose), des douleurs de dos quotidiennes (lombalgie), ou d’autres douleurs permanentes.
Et si vous n’êtes pas touché(e) personnellement, c’est forcément le cas d’un de vos proches – un frère, un parent, un ami de longue date – car l’arthrose touche à elle seule près de 10 millions de Français !
Alors aidez-moi à faire connaître cette vérité partout autour de vous.

L’Ibuprofène cause des crises cardiaques dès la première semaine

Une étude scientifique publiée en mai 2017 dans le prestigieux British Medical Journal vient de le révéler : l’Ibuprofène et les autres anti-inflammatoires augmentent considérablement votre risque de crise cardiaque en seulement quelques jours !

Dès la première semaine, votre risque d’infarctus :

  • Augmente de 48 % avec l’Ibuprofène.
  • Augmente de 50 % avec le Diclofénac.
  • Augmente de 53 % avec le Naproxène.
  • Augmente de 58 % avec le Nofecoxib !

Notez bien que cette étude est la plus large jamais réalisée sur le sujet, avec près de 500.000 patients étudiés. Mais attention : vous devez savoir que le lien entre anti-inflammatoires et crise cardiaque n’a rien de nouveau.

En 2004, le VIOXX, un puissant anti-inflammatoire avait été retiré du marché en catastrophe pour avoir causé plus de 30.000 morts par crises cardiaques en très peu de temps.
Mais il y a pire :
Sur le coup, les autorités américaines ont mis sur pied un comité d’experts internationaux pour évaluer l’ampleur des dégâts du Vioxx par rapport aux autres médicaments anti-inflammatoires, type Ibuprofène ou Diclofenac. Et qu’ont révélé ces experts ?
Que TOUS les anti-inflammatoires sur le marché augmentaient sévèrement le risque de crise cardiaque, ce qui a été confirmé depuis par de nombreuses études.
Et qui est le plus à risque de mourir terrassé par une crise cardiaque ? Les personnes âgées, bien sûr à qui on prescrit pourtant massivement des anti-inflammatoires contre les douleurs articulaires !

Vous allez dire : d’accord, mais il faut bien soulager la douleur ! C’est vrai… Mais c’est là que l’affaire devient encore plus scandaleuse car :
La chondroïtine (naturelle) est aussi efficace que les dangereux anti-inflammatoires !

Par un heureux hasard, une autre étude scientifique majeure a été publiée quelques jours seulement après celle sur les anti-inflammatoires – et ses conclusions sont ravageuses pour nos autorités de santé.
L’étude prouve qu’un remède naturel sans le moindre effet indésirable, la chondroïtine sulfate, est au moins aussi efficace contre l’arthrose du genou que les anti-inflammatoires classiques.
Ce n’est qu’une nouvelle confirmation de ce qu’on savait depuis des années !

Déjà en 2014, la grande étude « The Moves », présentée en juin 2014 au Congrès Européen annuel de Rhumatologie, avait démontré par A + B que ce remède naturel, avec la glucosamine était aussi efficace que les anti-inflammatoires contre les douleurs articulaires… mais sans provoquer de crise cardiaque ni de saignements de l’estomac !

Aujourd’hui, la situation est claire :

  • D’un côté, vous avez les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) type Ibuprofène ou Diclofénac, qui soulagent la douleur au départ, mais au prix de lourds effets secondaires.
  • De l’autre, vous avez 2 substances naturelles, la chondroïtine et la glucosamine, qui soulagent aussi bien la douleur sur la durée mais sans le moindre effet indésirable !

En janvier 2015, la ministre de la Santé Marisol Touraine a décidé de dérembourser ces deux remèdes naturels efficaces et inoffensifs : la chondroïtine et la glucosamine.
Les anti-inflammatoires tel l’Ibuprofène, eux, sont restés parfaitement remboursés et continuent d’être prescrits à tour de bras !

Il est très clair qu’on ne rembourse que les médicaments dangereux – et cela veut dire quoi ? Ne serait-ce pas une mesure pour soulager les caisses de retraite… ?

Mais ce n’est pas tout :
Le 24 mars 2017, en pleine campagne présidentielle, en catimini juste avant de partir, Marisol Touraine a publié un décret pour dérembourser un autre traitement naturel contre l’arthrose : la « visco-supplémentation », qui consiste à injecter une substance présente naturellement dans l’articulation, à savoir l’acide hyaluronique. C’est un traitement qui donne une grande satisfaction à de nombreux malades, et qui permet d’échapper à la surconsommation d’anti-inflammatoires !
Il paraît clair que sa mission était de laisser le champ libre aux médicaments chimiques de l’industrie pharmaceutique.


lire la suite

à propos des vaccins : Robert F. Kennedy, Jr. répond aux critiques de sa famille

Extrait de la lettre mensuelle de l’association Libre Consentement Eclairé du 20/08/2019.

Sur le site de Children’s Health Defense, vous pouvez lire l’original de l’article en anglais, qui s’intitule « Les Américains peuvent mener une discussion ouverte sur les vaccins – RFK, Jr. répond aux critiques de sa famille ».


 

Les Américains ont le droit de mener une discussion ouverte sur les vaccins

Robert F. Kennedy, Jr. répond aux critiques de sa famille

Extraits (les intertitres en gras sont de Libre Consentement Éclairé, excepté « Nous tuons nos enfants ».
Traduction française sous la supervision de Senta Dupuyt) :

 

Au sujet des « valeurs » morales de la gauche américaine.

« Notre différend familial ne fait que refléter l’empoignade nationale au sujet des vaccinations, qui divise les communautés et soulève des doutes quant à l’engagement du Parti démocrate envers certaines de ses valeurs fondamentales : l’aversion pour la censure, la méfiance vis-à-vis du pouvoir excessif des entreprises, le soutien à la liberté d’expression, le respect des convictions religieuses et philosophiques individuelles, la souveraineté sur nos corps et les droits des citoyens (codifiés par le Code de Nuremberg et d’autres traités dont nous sommes signataires) à refuser les interventions médicales forcées imposées par le gouvernement.

Le débat a également soulevé des questions sur l’indépendance de notre presse et sur son rôle de champion de la liberté d’expression, ainsi que sur les droits garantis par le Premier Amendement de notre Constitution, comme rempart contre la collusion entre le gouvernement et les entreprises. »

 

De la corruption des autorités étatiques de contrôle et de leurs fonctionnaires.

« J’ai été témoin de la manière dont les conflits financiers et les intérêts propres à ces institutions ont transformé les secteurs clés de l’administration de la santé publique en de véritables filiales des sociétés pharmaceutiques, qu’ils sont pourtant censés réglementer. »

« … une majorité écrasante des responsables de la FDA (ANSM USA) – directement chargés de délivrer les autorisations de mise sur le marché des vaccins et des responsables du CDC qui établissent le calendrier des recommandations vaccinales (ont) des liens d’intérêt financier direct avec les fabricants de vaccins. Ces fonctionnaires sont souvent des actionnaires, des bénéficiaires de subventions ou des consultants rémunérés auprès des fabricants et, parfois même, des titulaires d’un brevet sur le vaccin précis qu’ils ont fait approuver. »

 

L’industrie pharmaceutique contrôle la politique de santé aux U.S.A.

« L’industrie pharmaceutique s’assure le contrôle des politiques de santé par le biais du budget des administrations. La FDA reçoit 45% de son budget annuel de l’industrie. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) tire environ la moitié de son budget de sources privées, notamment de Big Pharma et de ses fondations alliées. Et l’on peut considérer le CDC comme une entreprise dédiée aux vaccins; Il détient 56 brevets vaccinaux et achète et distribue pour un montant de 4,6 milliards de dollars de vaccins par an dans le cadre du programme Vaccins Pour les Enfants, qui représente plus de 40% de son budget total.  Plus encore, Big Pharma finance, alimente et contrôle directement des dizaines de programmes du CDC par l’intermédiaire de sa fondation. »

 

Jusqu’à 150.000 US$ de gains par fonctionnaire pour la vente du vaccin « tueur », le Gardasil, de Merck®.

« Le ministère de la Santé (HHS) collabore avec les fabricants de vaccins pour développer, approuver, recommander et passer des mandats pour de nouveaux produits, avant de se partager les bénéfices de la vente de vaccins.  Les employés du HHS peuvent percevoir jusqu’à 150.000 dollars annuellement en redevances sur les produits sur lesquels ils travaillent. Par exemple, des représentants clés du HHS touchent de l’argent sur chaque vente du vaccin controversé Gardasil de Merck contre le HPV, qui rapporte également des dizaines de millions de dollars par an à l’agence en royalties. »

« Michael Carome, ancien employé du HHS, et actuel directeur du groupe de défense des droits Public Citizen affirme que ces liens financiers étroits ont poussé le HHS à « se détourner des intérêts de la santé publique en faveur de ceux de l’industrie » ».

 

Si les vaccins sont sûrs, pourquoi exonérer de toute responsabilité l’industrie pharmaceutique qui les commercialise ?

« En 1986, le Congrès — inondé par l’argent de Big Pharma (depuis ces 20 dernières années, l’industrie pharmaceutique est le numéro un pour les contributions politiques et les dépenses de lobbying) — a promulgué une loi accordant une immunité générale aux fabricants pour les dommages causés par les vaccins. Si les vaccins étaient aussi sûrs que le prétendent les membres de ma famille, aurions-nous besoin d’exonérer les sociétés pharmaceutiques de toute responsabilité pour les dommages qu’ils causent ? »

 

Comment passer d’1 milliard à 50 milliards de dollars U.S. ?
En faisant passer le nombre d’injections vaccinales de 12 à 54 grâce à l’irresponsabilité civile et pénale des marchands de vaccins.

« Il s’en est suivi une ruée vers l’or pour les sociétés pharmaceutiques, qui ont fait augmenter le nombre de vaccins recommandés, de douze injections de cinq vaccins en 1986 à 54 injections de 13 vaccins aujourd’hui. D’un petit milliard de dollars, l’industrie du vaccin s’est transformée en un géant de 50 milliards de dollars. »

 

Au sujet des pratiques de fraude de Merck®, GlaxoSmithKline®, Pfizer®, du laboratoire pharmaceutique français Sanofi-Pasteur®, par ailleurs impliqué dans la mort de 150 enfants en quelques mois aux Philippines.

« Les quatre entreprises qui fabriquent pratiquement tous les vaccins recommandés sont toutes des criminels déjà condamnés. Collectivement, elles ont payé pour plus de 35 milliards USD depuis 2009 pour avoir fraudé les organismes de réglementation, menti et corrompu fonctionnaires du gouvernement et médecins, usé de falsification scientifique, et avoir provoqué nombre de dommages sévères et de décès causés par des produits qu’elles savaient dangereux, mais qu’elles ont vendus comme sûrs et efficaces. »

 

Vaccination et maladies chroniques.

« Avant 1986, seulement 12,8% des enfants américains souffraient de maladies chroniques. Ce nombre a augmenté pour atteindre 54% parmi la génération vaccinée (ceux nés après 1986), une progression parallèle au calendrier vaccinal croissant. »

 

Les études « bidon » sur la sécurité des vaccins.

« Lors d’une déposition sous serment en janvier 2018, le Dr Stanley Plotkin, le vaccinologue le plus influent au monde, a reconnu que les recherches qui tentent de déterminer l’innocuité d’un vaccin sans comparaison avec un placebo n’ont aucune valeur. Selon le Dr Drummond Rennie, rédacteur en chef adjoint du Journal de l’American Medical Association , «C’est le département marketing, et non la science, qui dirige la recherche.».

« De plus, les tests d’innocuité, qui nécessitent généralement cinq années ou plus pour les autres produits médicaux, ne durent souvent que quelques jours dans le cas des vaccins »

 

Autisme et vaccins.

« L’étude de l’IOM [Institut de Médecine, qui est maintenant l’Académie Nationale de Médecine] et l’étude subséquente du HHS en 2014 indiquent que le CDC n’a jamais réalisé d’étude pour appuyer son affirmation selon laquelle le DTaC (Diphterie Tetanos Coqueluche acellulaire, un des premiers vaccins combinés obligatoires) ne cause pas l’autisme. »

 

« Nous tuons nos enfants »

« Le système de déclaration des effets secondaires liés aux vaccins (VAERS) du CDC, auquel les médecins et les patients peuvent signaler volontairement des effets secondaires post-vaccinaux, a reçu 58.381 déclarations en 2018, dont 412 décès, 1.237 invalidités permanentes et 4.217 hospitalisations. Une revue, financée par le HHS, du système VAERS a conclu au fait que « moins de 1% des effets secondaires dûs aux vaccins sont déclarés ». Cela veut dire qu’il y a cent fois plus d’effets secondaires vaccinaux que ceux déclarés. »

 

10 fois plus de risque de décès avec le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC).

« Le Dr Aaby était l’un des cinq co-auteurs d’une étude menée en 2017 sur le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC), le vaccin le plus largement utilisé sur Terre, qui a révélé que les enfants traités avec le DTC présentaient un risque de décès dix fois plus élevé comparé aux enfants non vaccinés au DTC. »

 

Au sujet de l’ex Président des USA, JFK et de son frère « Bob » Kennedy.

« Mon oncle et mon père ont fait valoir que dans une société libre et ouverte, la réponse à des questions difficiles ne consiste jamais à en interdire le débat. »

vous pouvez acheter une maison pour moins de 9000 euros !

etageres-cuisine-rustique-moderne-e1509442517193

Un article de Charles Sanat


« Dans les Ardennes, la ville de Revin se vide de sa population et certaines maisons se vendent pour moins de 9000 euros

Pendant trois semaines, l’équipe de l’émission de reportages GRAND ANGLE et Thomas Misrachi ont sillonné l’hexagone sur 1400 kilomètres du Nord Est au Sud Est, à la rencontre de cette France des « invisibles » et des « sans voix ». Le reportage propose aux téléspectateurs une immersion dans ces territoires oubliés ».

Visionnez-le et ci-dessous je partage quelques réflexions d’ordre économico-patrimoniales avec vous.

Quels enseignements tirer de ce reportage?

Premier enseignement, ce n’est pas à Revin que vous ferez des plus values foncières!!

Plus sérieusement, le prix de l’immobilier est ultra variable au sein même d’un pays. Vous allez de 20 000 euros le m² dans certains quartiers parisiens à moins de 10 000 euros la maison à Revin! Les implications d’une telle situation sont évidentes. Vous pouvez « habiter » pour pas cher, vous avez le choix de votre localisation et votre localisation fait le coût du logement en grande partie.

Le choix de votre localisation et c’est pour cela que je l’évoque souvent lorsque je parle du PEL (patrimoine, emploi, localisation) est fondamental dans votre niveau de vie réel comme ressenti.

Le deuxième enseignement, c’est qu’évidemment la démographie est intimement liée à la croissance économique. Vous n’avez pas de croissance économique sans démographie. Lorsqu’une petite ville comme Revin se vide, elle se meurt. S’il n’y a plus d’habitant, il n’y a plus de PIB local!!! Quand il n’y a personne il n’y a plus d’économie.

Mettez même 10000 personnes au RSA ensemble dans une ville, et vous allez avoir, malgré des faibles revenus, une économie qui va se créer. Elle sera peut être faible, peut-être de subsistance, mais, elle sera réelle. L’économie c’est la démographie, et une grande partie de la crise économique actuelle même au niveau international est profondément démographique. C’est le Japon qui vous donne le plus d’éléments intellectuels pour vous projeter dans notre avenir proche, car les Nippons sont en avance sur nous concernant le dégonflement de leur bulle démographique, car c’est bien de cela dont on parle.

Par extension, si nous avions une véritable vision politique et de l’aménagement du territoire, on devrait créer des zones rurales de peuplement les « ZRP » en offrant pour 10 ans une suppression totale de l’impôt sur le revenu pour ceux qui s’installent dans ces zones par exemple. L’idée? Des zones « franches » pour rééquilibrer la population sur le territoire. Pourquoi?

Parce qu’une économie crée 10 fois plus d’emplois en ayant 10 villes de 100 000 habitants qu’une seule d’un million!! Plus c’est gros, plus vous avez des économies d’échelle. C’est plus économique en apparence, mais dans les faits vous détruisez votre économie. Les hypermarchés créent des emplois, mais ils en détruisent 10 fois plus qu’ils n’en créent et vous avez le même phénomène désormais entre la vente en ligne via Internet et les hypermarchés. Au bout du compte, les centres villes se désertifient, les commerçants disparaissent et avec eux tout l’écosystème aussi bien économique local, que… social, car tout cela c’est aussi du lien social.

Penser l’aménagement du territoire comme une solution écologique et économique de long terme!

Je reste convaincu, que les grandes villes sont en réalité obsolètes. Héritées de la nécessité de regrouper des tas de «bras» pour permettre aux usines la production de masse qui nécessitaient des masses de gens. Les villes vivent sur l’inertie de cette révolution industrielle, mais cet usage de la ville est définitivement derrière nous.

Les progrès techniques permettent presque les usines sans «bras» et tout automatisées pour la même production de masse. Quand ce n’est pas des machines qui font le travail, les usines sont délocalisées dans des pays à bas coûts de main d’oeuvre.

Bref, la ville est devenue obsolète. L’industrie a été supplantée dans le PIB par les «services».

(…)


voir l’article entier et le reportage ici

faut-il quitter Facebook ?

https3a2f2fwww.luismaram.com2fwp-content2fuploads2f20162f032ffacebook-reacciones

quitter Facebook : pourquoi, comment, et quelles alternatives

Vous doutez de Facebook, vous avez déjà envisagé de vous désinscrire ? Bravo ! Nous essayons dans cette brochure d’élargir le débat, de présenter d’autres réseaux sociaux par nature respectueux de l’utilisateur et plus riches en fonctionnalités, et enfin de montrer que faire d’autre que de critiquer et quitter Facebook pour adopter de bonnes manières dignes d’un internet libre (courriel, messagerie instantanée, conférence vidéo, etc).

pour accéder au  document, cliquer ici

toi ma flamme jumelle …

cc by-nc-nd Bruno Monginoux www.photo-paysage.com & www.landscape-photo.net

Si tu veux te baigner je serai la rivière

Si tu veux t’envoler je serai l’air du large

Quand tu voudras marcher je serai le chemin

Quand tu voudras écrire je serai le calame

Quand tu voudras sculpter je serai le ciseau

Quand tu voudras danser je serai la musique

Quand tu voudras dormir je serai le hamac          

Quand tu voudras manger je serai le dessert

Et quand tu auras soif je serai la fontaine

LITHA 2019


Mes chers amis

Cette année, je vous invite à célébrer les fêtes du

SOLSTICE D’ÉTÉ

en compagnie du clan de la Source d’Arduinna,
qui organise un festival exceptionnel à
la Ferme des Mauvaises Pierres
dans les environs de Vielsalm.

Dates : du 20 au 24 juin 2019

Venez-y nombreux : la fête sera belle !


renseignements : +32 499 10 53 87


Voici le lien de l’événement,
qui vous permettra de prendre connaissance du programme des activités proposées,
et de vous inscrire selon vos disponibilités :

https://www.facebook.com/events/362241684365781/


”C’est un festival, d’univers celte, inspiré par la déesse “Arduinna” et dédié au féminin sacré, à la connexion au Soi profond, à ses racines, à la Nature et à son feu intérieur, à l’échange et aux partages, au soutien des chemins d’évolution personnelle, à la conscience et à la créativité (artistique, musicale… ), à l’artisanat et à la co-création, improvisée dans l’ici et maintenant. 

Du solstice d’été à la fête de la Saint-Jean, une vingtaine d’intervenant(e)s, connecté(e)s les uns aux autres, issus de notre région ou de France, vous proposeront des ateliers, huttes de sudation, soins personnels, rituels, cérémonies, enseignements, rencontres, …

À cette période exceptionnelle, nous profiterons des nuits les plus courtes et des jours les plus longs… pour développer nos dons, retrouver nos racines (celtes), écouter des concerts, danser, chanter, jouer du tambour… autour du feu sacré et en pleine nature.

Se ressourcer, se (re)connecter à la nature, à sa puissance intérieure et à sa bienfaisance… nichée tout au fond de nous… juste au cœur de nous.

Autrement dit, ce festival est dédié à l’Énergie féminine (autant chez les femmes que chez les hommes), au flux de la Vie et de l’Amour, à l’énergie nutritive, accueillante et bienfaisante, à l’énergie de cette sagesse ancestrale et énergie guérisseuse. Grand-mères et ancêtres, nutrition précieuse des temps passés. Inspiration …

Créations et rituels autour du feu Sacré, chants et tambours, cultures et traditions celtiques, musique “paganfolk”…  

Arduinna, créatrice des Ardennes, nous enchante dans ses vents porteurs, vers des horizons inspirants à la découverte de l’univers celte et de ses guérisseurs, druides et intervenants locaux.

Rassemblement porteur de lumière, de joie, d’amour, de paix et de rencontre avec son être. Ensemble, nous serons connectés aux traditions ancestrales, aux énergies de la terre, du soleil, de l’univers, de la forêt et de sa déesse Arduinna … ensemble, nous « festivalerons » !

La liste des intervenants 2019 est à découvrir dans la « story » de notre page FB, ainsi que les groupes musicaux et les infos pratiques…

Toute l’affiche est à découvrir également sur notre site web ! 😉 ”


Programme du festival (en qqs lignes) :

• Jeudi 20 juin – Ouverture du festival
A partir de 17 h : Ouverture du site, accueil et installation des festivaliers, …
20 h : Ouverture de l’espace sacré, allumage du feu suivi d’un concert à 21 h … au son du handpan ! 😉

• Vendredi 21 juin – Samedi 22 – Dimanche 23 juin •
9 h : Coup de corne, rendez-vous au Feu sacré, présentation des intervenants.
10 h à 12 h : Activité 1 et/ou soins individuels.
12 h à 14 h : Temps de midi / repas et repos
14 h à 16 h : Activité 2 et/ou soins individuels.
17 h à 19 h : JAM … activités libres. Activités proposées
par des participants (toujours en accord avec les organisateurs).
20 h 30 (21 h) à 22 h : Concert
À tout moment de la journée, le feu nous accueille nous et nos instruments de musiques.

*** Avec une SURPRISE le samedi 22 juin 2019 ***

• Journée du lundi 24 juin :
9 h : Coup de corne, rendez-vous au Feu Sacré.
Remerciements des intervenants, bénévoles, équipe de cuisine, …
10 h à 12 h : Rituel de clôture du festival, fermeture de l’espace sacré, extinction du Feu.
14 h à 16 h : Soin collectif, remerciements, chants, prières, … procession aux pierres, aux cœur de la forêt ardennaise.
19 h : Animation musicale autour du feu de la Saint Jean (wickerman) – ambiance celtique avec cornemuse et flute irlandaise. »

Néo Chamanisme : une affaire de cœur

Émission radio enregistrée ce 13 mai 2019:

Mitacuye Oyasin

Ostara 2019 : précisions

Bonjour à tous

>>> pour notre petite cérémonie du 23/03, pouvez-vous apporter :

• de quoi faire un cercle de fleurs ou/et de foulards de couleurs printanières,

• une graine (bio) au choix (que nous planterons),

• vos œufs bien sûr si vous en avez (durs, de préférence…)

• de quoi « festoyer » gentiment.

°°°

le départ est prévu à 15:00h place Arsène Soreil.

°°°

Le rituel des quatre directions

https3a2f2fblog.veritable-potager.fr2fwp-content2fuploads2f20172f072fbaton-fumigation-sauge-potager-veritable

Il est traditionnel d’offrir la fumée au quatre directions, en commençant par l’Est et finir au Nord. Porter la coquille au Père-Ciel et ramener au cœur, ensuite porter la coquille à Mère-Terre et ramener au cœur, ensuite offrez aux quatre directions et purifiez-vous de la tête aux pieds. Les enseignements Amérindiens disent que la fumée des herbes sacrées élève notre prière dans le monde spirituel (comme nous voyons tranquillement la fumée se dissiper dans l’air, il est dit qu’elle se rend directement dans l’univers sous la forme idéale : ce monde spirituel appelé « Ungawi » en langue cherokee : le monde où résident les Esprits de tous les êtres. Ainsi, en plus d’être une offrande pour laquelle les Esprits sont reconnaissant, la fumée des herbes sacrées porte notre prière au Principe Créateur, le Grand Esprit ou Grand Mystère, l’Être qui a tant de noms dans autant de langues, mais qui est au-delà de notre compréhension humaine.
La fumigation étant une activité spirituelle, les cendres qui restent dans la coquille sont sacrées. Nous en disposons de manière respectueuse dans un lieu naturel. Dans certaines nations les cendres sont accumulées toute l’année et remis à la terre dans une cérémonie spéciale.

Achel Maïgan Ishkueo

OSTARA 2019

pierre haina

à l’occasion de la célébration de la fête d’OSTARA
je vous invite à fêter la résurrection de la Lumière
autour de la pierre Haina à Wéris
le samedi 23 mars
de 15:00 à 19:00

rendez-vous place Arsène Soreil à 14:45

apportez votre tambour
et vos œufs décorés que nous partagerons
autour du feu

balade de maximum 5km

merci d’annoncer votre participation
en commentaire ci-dessous

histoire de morale…

Jeronimo2

de nommer les Êtres, les Gens & les Choses

Nommer son père « Père » ne dénote ni ne génère la même préhension du monde, que de le nommer « papa » ou « Émile ». Le vocable utilisé pour désigner les hommes et les choses est porteurs d’une relation à l’univers qui implique un respect plus ou moins grand et, parfois, plus ou moins conscient, tant du désignant que du désigné lui-même.

Mais, enfin, qu’est-ce que le respect ? Respect des idées, des choses, des hommes, de soi-même, l’un ne peut aller sans les autres. C’est l’acceptation, dans ses idées et dans son comportement, du principe que le domaine personnel et privé d’un être se limite où commence le domaine personnel et privé d’un autre être. La liberté de l’un prend fin où commence celle de l’autre : en théorie, chacun sait cela…

Or, donc, puisqu’il en faut, quel arbitre décidera où se situe cette limite ? Sera-ce l’individu lui-même ? Sera-ce un tiers ? Un être supérieur ? Sera-ce une convention, une règle, une loi ? C’est bien là que prend naissance notre problématique. Car l’instinct primaire de tout être est de tirer sa substance et de se nourrir de son environnement immédiat, c’est à dire de consommer, par sa relation, l’objet même de cette relation.

Il est admis que nommer une chose, c’est la posséder. C’est ce que nous enseignaient par exemple les philosophies grecque et amérindienne. Encore faut-il adéquatement la nommer, cette chose, pour effectivement exercer sur elle un quelconque pouvoir, qui sera, ou ne sera, une force de domination ou de soumission. Dans la façon adoptée pour dénommer un être, l’on se positionne vis-à-vis de lui en égal, en supérieur, en inférieur, ou encore en indifférent.

Nous touchons clairement ici au fondement d’une éthique universelle.

Quoi qu’on en ait dit, les morales ne sont pas forcément liées à une orthodoxie religieuse. Dans la société humaine, la bienséance du discours et du comportement est régentée par des considérations d’ordre religieux, certes, mais aussi philosophique ; et il est admis en général l’existence d’une “sagesse” abstraite, universelle, admissible et référable par tout un chacun, un tant soit peu doué de réflexion. Il n’est point de morale économique, ni sociale, ni encore politique, médicale ou industrielle ; tout au plus parlera-t-on de codes de bonne pratique professionnelle, de déontologie, de respect des usages.

On reconnaîtra volontiers qu’Untel est un sage, pour une parole énoncée conciliant l’avis de chacun, pour un jugement prononcé accepté par les intérêts divergents, pour une attitude, un comportement exemplaire, que l’on dit “saint”, ou sanctionné comme tel par la vox populi. L’homme se choisit des modèles à imiter, des voies à suivre, des règles à observer, qui, s’il s’y conforme, le mèneront sans faillir à ce qu’il considère comme la perfection et, pour les croyants, à la récompense ultime dans l’au-delà. Mais il paraît évident que l’on ne peut manifester un quelconque respect envers autrui si l’on n’éprouve aucun respect pour soi-même. Le premier objet de notre considération, de nos préoccupations, de notre attention, c’est bien nous-même. Nous venons au monde en premier lieu pour nous y épanouir, nous-même, avant de savoir s’il existe d’autres êtres à considérer.

Mais se savoir exister n’est pas tout. L’homme pour vivre ne demande pas que du pain. Il a besoin de choses fondamentales qui lui sont propres : la vie parmi ses semblables, dont il quêtera la reconnaissance au sein de sa communauté. Il a besoin d’être reconnu pour accepter de vivre. Et pour être reconnu par ses pairs, il devra, nécessairement se reconnaître lui-même, prendre conscience de son existence, de ses besoins, de ses qualités, de ses performances, de ses valeurs, en comparaison de celles de ses semblables. S’il en vient à douter de lui, de l’intérêt de son existence, de la valeur d’être qu’il représente aux yeux des autres, il pourra perdre jusqu’au désir fondamental d’être et sa volonté de vivre pourrait même un jour lui faire défaut.

Nous voyons qu’il est impossible à l’être de s’épanouir – de grandir dans sa nature propre – sans un premier regard porté sur lui-même : l’amour-propre, le respect de soi, ce qui fait que l’on se dévisage dans un miroir avec une noble fierté.

MA LIBERTÉ FINIT OÙ COMMENCE LA TIENNE

Il s’agit là de l’un des fondements de la morale universelle : le respect.

« Mes limites sont les tiennes » ; c’est à dire que pour ne pas empiéter sur ta liberté, je suis tenu de limiter la mienne à cette frontière précise où les libertés respectives ne sont pas violées.

Exemple : j’ai la liberté de fumer, autant que j’ai la liberté de ne pas fumer ; si je choisis d’exercer ma liberté de ne pas fumer, la liberté d’autrui s’arrête là où son éventuelle fumée fera violence à mon libre choix de ne pas fumer.

Les Amérindiens vont plus loin encore, puis qu’ils enseignent : Tout acte doit être envisagé quant à ses conséquences pour les sept générations à venir.

Red Horse

ENSEIGNER : une vocation ?

https3a2f2fwww.lineamarco.com2fimages2fun-enseignant-annonce-son-changement-de-sexe-a-ses-eleves

Le jardin des vertus est vaste, et les fleurs qui y croissent sont précieuses.
À chacun de nous d’y entretenir son parterre.

« Savoir mal est pire qu’ignorer », disait Seingalt. L’ignorance, en effet, est dangereusement dommageable à l’homme, qui base ainsi une multitude de jugements et d’actions sur un principe erroné, jugements et actions qui seront par conséquent eux-mêmes erronés, selon une logique élémentaire.

Alors comment « savoir bien » direz-vous… L’enseignement institutionnalisé a malheureusement toujours eu pour principe le déversage d’une certaine quantité de science dans le cerveau humain, et la poursuite d’un idéal de savoir, pour lequel l’homme, afin d’obtenir la reconnaissance de ses pairs, a dû et doit encore répondre à certains critères culturels, économiques, sociaux et politiques de son époque.

Il est frappant de constater que ceux que l’on désigne comme possédant la véritable vocation de l’enseignement – comme l’avaient les instituteurs de village au siècle passé – se sont, leur vie durant, attachés à un autre type de formation et de transmission des valeurs auprès de ceux qui leur étaient confiés. Fort heureusement, si cet esprit est de plus en plus exceptionnel de nos jours, il existe encore des maîtres d’école dont la transmission des vraies valeurs humaines passe avant le programme ministériel ou la propagande, et la morale fondamentale avant l’intérêt personnel ou l’impérialisme missionnaire…

Car la vraie vocation de l’enseignant n’est guère de transmettre une matière, une science, plus ou moins volumineuse et plus ou moins intéressante, définie par un collège de fonctionnaires représentant les intérêts d’une société industrielle et bureaucratique, mais bien d’inculquer un goût de l’apprentissage, une passion du savoir, ainsi que des méthodes efficaces et adaptées, qui seront, forcément, différentes d’un individu à l’autre, puisque les dons et les capacités ne sont uniformément répartis, dieux merci, entre chacun.

La flaque saumâtre autant que le lac de montagne reflètent la même splendeur céleste.

Red Horse

vers un nouveau paradigme moral

[…]

« Ne nous faisons guère d’illusions : nous ne nous sortirons indemnes du monde dans lequel nous vivons, de sa violence, de son exploitation, de son injustice, sans adopter de manière générale et spontanée un code de sagesse élémentaire commun, reliant entre eux tous les être humains et accepté par tous comme une nécessité vitale. Nous sommes entrés dans l’ère de la communication sans frontières, de la fraternité universelle. Le mode de vie totalement nouveau annoncé dans les années dorées est aujourd’hui notre quotidien. Il nous reste à en prendre possession. Mais cela ne se fera sans douleurs. Cela se fera en oubliant nos anciens comportements, ceux de la morale ancienne, ceux des religions du passé.

La religion de cette nouvelle ère est sans conteste celle de l’Homme. Un nouveau fonctionnement est à étrenner, qui nous permettra de vivre le rêve des générations précédentes. Un être communiquant est en effet plus proche de ses semblable que ne l’ont jamais été les hommes auparavant. Ceci pourra-t-il effacer de la terre toutes les guerres ? On peut l’imaginer, sans excès d’optimisme. Il est évident que les grandes guerres sont de moins en moins possible dans cet état d’esprit, et que les moyens techniques dont l’homme se dote progressivement lui permettront à l’avenir de contrôler la plupart des excès et des dysfonctionnements de la société mondiale.

Le premier outil d’action, le premier pouvoir, c’est l’information ; et l’information, c’est la connaissance. Voilà : nous y revenons. Tout se jouera dans le choix de la connaissance à laquelle l’homme décidera d’accéder. »

[…]

Red Horse

la GUERRE

http3a2f2fwww.site-magister.com2fprepas2fguerre

« Ce ne sont ni les voleurs ni les assassins, ni les pillards, ni les ivrognes, ni les prostituées, ni les proxénètes qui préparent et conduisent la guerre. Ils n’ont assez de vertus. On dit que les meilleurs bandits font de mauvais soldats. Ce n’est avec des défauts, des faiblesses et des vices qu’on arrive à faire d’aussi grands dégâts. Ce n’est pas avec des colères, des haines ni avec aucun mauvais sentiment qu’on fait la guerre. C’est avec de fortes vertus et surtout un vif sens de la justice. C’est la rage d’avoir raison qui rend la guerre acharnée et démesurément féroce. »

Lanza del Vasto in “Les quatre fléaux” (1959)

… si tu veux vivre longtemps…

http3a2f2fs-www.estrepublicain.fr2fimages2fe749e63e-7aa0-434a-a930-70b3e82ed9a52ferv_042fsarrebourg-un-essai-de-gaston-paul-effa-sur-l-animisme-1489673449

Dans Le Dieu perdu dans l’herbe : l’animisme, une philosophie africaine (Presses du Châtelet, 2015), le philosophe Gaston-Paul Effa raconte son initiation par une guérisseuse pygmée nommée Tala. Elle lui donne certaines recommandations :

« Ne te prive certes pas de manger, mais mange le moins possible car on mange toujours trop, et trop de nourriture, c’est comme les ombres de la mort qui couvrent les yeux d’un chien. Souviens-toi qu’un chien meurt toujours après avoir mangé, alors il remue la queue, couche ses deux oreilles et s’abandonne. Un homme qui mange de trop est comme un chien, capable de mordre son maître car son cerveau est cerné comme un éléphant par des phacochères. Si tu veux vivre longtemps, fais attention à ce que tu manges et surtout ne sois pas comme un chien ou comme un cochon, mange moins. L’esprit n’a pas besoin de grand-chose, il est une chair vivante qui peut vivre longtemps de ses réserves. »


source : https://www.luminessens.org/single-post/2016/06/21/Le-chien